La réalité de la transmisogynie

Lien pour donner au Fond d’Action Sociale Trans : https://www.acceptess-t.com/aide-sociale

Le 23 septembre 2020, notre sœur Doona s’est suicidée, quelques heures après une menace d’expulsion de son logement étudiant de la part du CROUS. Doona était une jeune femme trans de 19 ans. Elle aimait jouer aux jeux vidéo, elle avait, comme tant d’autres femmes trans qui n’ont d’autre choix que de se plier face à l’oppression ou d’y résister, une verve militante, elle aidait volontiers ses ami·es et espérait avoir une copine avec qui partager une belle histoire d’amour. À 19 ans on doit avoir la vie devant soi. Doona aurait dû avoir la vie devant elle. Mais Doona est morte trop jeune, comme c’est le cas pour de nombreuses femmes trans dans notre société transphobe.

Ce cissexisme* structurel se traduit par des chiffres tangibles et horrifiants.

La moitié des femmes trans font une tentative de suicide et 85% d’entre elles ont des pensées suicidaires régulière, ce qui est 10 fois supérieur aux moyennes chez les femmes cissexuelles1. Les femmes trans se suicident 26 fois plus que les femmes cis.2 26% d’entre elles sont consommatrices de drogues3.

20% des femmes trans sont séropositives au VIH. En ce qui concerne les femmes trans racisées, ce taux monte à 45%. Les femmes trans sont ainsi 49 fois plus touchées par le virus du SIDA que la population générale, elles sont les premières touchées4.

Les femmes trans sont 1500 plus à risque de se faire assassiner que les femmes cis5. L’année passée, au moins 331 ont été tuées parce qu’elles étaient trans (ce nombre ne comptant que les assassinats directement commis)6, et les assassinats transphobes sont reportés comme particulièrement brutaux7.

A cause des violences transmisogynes, du harcèlement de rue et des agressions dont les femmes trans sont victimes, parfois plusieurs fois par jour en début de transition, l’accès à l’espace public leur est restreint et de nombreuses femmes trans restent simplement enfermées chez elles8.

Les personnes trans sont 3,7 fois plus à risque d’être victimes de violences policières et 7 fois plus à risque d’être victime de violences physiques lors d’interactions avec la police9.

Aux États-Unis, elles sont 2 à 3 fois plus incarcérées10, 11. Elles sont toujours, en 2020 en France, incarcérées dans les prisons pour hommes12 où elles souffrent souvent d’isolement et risquent d’y être violées, tabassées, tuées11, 13.

Celles qui sont sans papiers et/ou migrantes sont confrontées à des violences administratives extrêmes et souvent renvoyées à une mort quasi-certaine par l’administration française14, 15, après avoir été enfermées dans des CRA16.

À cause de la discrimination à l’embauche, du manque d’accès aux études, de la mise à la rue ultra-fréquente, beaucoup de femmes trans ne peuvent pas s’insérer professionnellement et plus de 20% n’ont d’autre choix pour survivre que de devenir travailleuses du sexe17. De plus, la loi de pénalisation des clients des TDS votée en 2016 précarise encore davantage les travailleuses du sexe et a provoqué une augmentation de leurs assassinats18.

L’accès au logement est limité pour les personnes trans : un quart d’entre elles se sont faites refuser un logement à cause de leur transitude19.

Quand elles sont embauchées, 62% d’entre elles sont victimes de harcèlement au travail et 27% de licenciement abusif20, 21, 22.

20% se sont vues refuser des soins médicaux en raison de leur transitude. Par ailleurs, la médecine tue les personnes trans, entre autre par méconnaissance de nos corps : les personnes trans ont la charge de former elles-même les rares praticien·nes qui les acceptent. À cause de cela, les femmes trans ont une santé qui se dégrade par rapport à celle des femmes cis de façon exponentielle à mesure qu’elles vieillissent23.

60% des femmes trans sont en rupture familiale et 20% ont été victimes de violences physiques dans cette sphère24.

Les parcours de transition sont en France toujours psychiatrisés, et la majorité sont gérés par l’association ouvertement transphobe SoFECT/FPATH.

Il est toujours nécessaire de passer devant un tribunal de grande instance pour faire changer son sexe à l’état civil.

Le parlement français et la cour de cassation maintiennent en 2020 pour des raisons arbitraires l’interdiction pour les personnes trans de se reproduire25, 26.

La représentation médiatique des femmes trans est telle qu’elle encourage les violences cissexistes, dépeignant les femmes trans comme dangereuses ou répugnantes27, 28.

Pour toutes ces raisons, l’espérance de vie des femmes trans ne dépasse généralement pas les 50 ans29.

Le cissexisme est un système organisé. La peur, la haine, le harcèlement, les meurtres, les assassinats et les agressions des personnes trans sont des comportements absolument normaux dans nos sociétés structurellement transphobes.

Le CROUS de Montpellier a poussé Doona au suicide.
Les journaux qui l’ont présentée comme un homme après son décès ont sali sa mémoire.
Elle, Laura, Mathilde et toutes les autres ont été victimes de meurtres transmisogynes de la part de l’État français.

Pas d’oubli, pas de pardon.

Nous exigeons l’autodétermination pour toutes les personnes trans, y compris mineures : qu’elles aient accès aux bloqueurs de puberté, traitements hormonaux, épilations, séances d’orthophonie, opérations, et changements administratifs qu’elles demandent sur simple déclaration et sans être contraintes à passer par la psychiatrie ou les tribunaux, ni à débourser un centime.
Nous exigeons l’abolition de la mention de sexe à l’état civil.
Nous exigeons que les personnes trans qui le nécessitent soient logées et bénéficient d’aides pour vivre décemment et puissent faire les études ou formations de leur choix.
Lorsqu’elles sont mineures, qu’elles puissent sur demande être placées dans une famille d’accueil formée, idéalement trans, et qu’une médiation soit organisée pour éviter les ruptures familiales.
Nous exigeons la formation du personnel scolaire et des ateliers éducatifs notamment en termes de prévention pour la santé sexuelle des personnes LGBTI. Chaque établissement scolaire doit distribuer gratuitement des préservatifs internes et externes ainsi que des produits lubrifiants et proposer des dépistages anonymes aux étudiant·es.
Nous exigeons que les psychothérapies et soins psychiatriques soient intégralement remboursés par la sécurité sociale.
Nous exigeons que les femmes, personnes LGBTI et personnes racisées soient formé·es à l’autodéfense et qu’elles reçoivent du matériel pour se sécuriser dans leurs déplacements.
Nous exigeons que les personnels de santé soient formé·es à la prise en charge médicale des personnes trans.
Nous exigeons que rien à propos des personnes trans ne soit fait sans les personnes trans.
Nous exigeons que l’accès à l’emploi et au logement de toustes soit assuré par la collectivité.
Nous exigeons que la consommation de drogues soit dépénalisée.
Nous exigeons que la loi de 2016 soit abrogée, que les TDS puissent s’auto-organiser entre elles pour travailler dans les meilleures conditions et que celles qui en font la demande puissent être accompagnées et recevoir un logement, un salaire, un accès à des formations et à des soins pris en charge par la collectivité.
Nous exigeons des papiers pour tout le monde ou plus de papiers du tout, et la liberté de rejoindre le territoire français.
Nous exigeons la fermeture immédiate et sans condition des CRA.
Nous exigeons que les forces de police soit démantelées et la prison abolie.
Nous ne voulons plus compter nos mortes. Nous voulons pouvoir serrer les vivantes dans nos bras et rire avec elles sans craindre de les voir partir du jour au lendemain, tuées par le système.

Pour Doona.

* Voir notre lexique féministe matérialiste
1. https://williamsinstitute.law.ucla.edu/wp-content/uploads/Suicidality-Transgender-Sep-2019.pdf
2. Safer, J. D., Coleman, E., Feldman, J., Garofalo, R., Hembree, W., Radix, A., & Sevelius, J. (2016). Barriers to healthcare for transgender individuals. Current Opinion in Endocrinology & Diabetes and Obesity, 23(2), 168–171. doi:10.1097/med.0000000000000227
3. Gonzalez, C. A., Gallego, J. D., & Bockting, W. O. (2017). Demographic Characteristics, Components of Sexuality and Gender, and Minority Stress and Their Associations to Excessive Alcohol, Cannabis, and Illicit (Noncannabis) Drug Use Among a Large Sample of Transgender People in the United States. The Journal of Primary Prevention, 38(4), 419–445. doi:10.1007/s10935-017-0469-4
4. https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/179517/WHO_HIV_2015.17_eng.pdf
5. https://www.latribune.ca/actualites/femmes-trans1500-fois-plus-risque-de-se-faire-tuer-aux-e-u-3991394798eafa1acef7fa2d56f2c959
6. https://tgeu.org/tmm-update-trans-day-of-remembrance-2019/
7. https://www.hrc.org/resources/violence-against-the-trans-and-gender-non-conforming-community-in-2020
8. Stotzer, R. L. (2009). Violence against transgender people: A review of United States data. Aggression and Violent Behavior, 14(3), 170–179. doi:10.1016/j.avb.2009.01.006
9. https://avp.org/wp-content/uploads/2017/04/ncavp_transhvfactsheet.pdf
10. https://calculators.io/national-transgender-discrimination-survey/
11. Reisner, S. L., Bailey, Z., & Sevelius, J. (2014). Racial/Ethnic Disparities in History of Incarceration, Experiences of Victimization, and Associated Health Indicators Among Transgender Women in the U.S. Women & Health, 54(8), 750–767. doi:10.1080/03630242.2014.932891
12. https://oip.org/analyse/prisons-pour-femmes-la-double-peine/
13. https://transequality.org/sites/default/files/docs/resources/TransgenderPeopleBehindBars.pdf
14. https://www.fmreview.org/fr/osig/bach
15. https://www.defenseurdesdroits.fr/sites/default/files/atoms/files/rapport_cersa.pdf
16. https://www.infomigrants.net/fr/post/19977/jerry-migrant-et-homosexuel-menace-d-expulsion-vers-le-nigeria
17. Nadal, K. L., Davidoff, K. C., & Fujii-Doe, W. (2014). Transgender Women and the Sex Work Industry: Roots in Systemic, Institutional, and Interpersonal Discrimination. Journal of Trauma & Dissociation, 15(2), 169–183. doi:10.1080/15299732.2014.867572
18. https://www.medecinsdumonde.org/fr/actualites/france/2019/04/15/loi-prostitution-trois-annees-de-trop
19. https://transequality.org/sites/default/files/docs/usts/USTS-Full-Report-Dec17.pdf
20. McFadden, C., & Crowley-Henry, M. (2016). A Systematic Literature Review on Trans* Careers and Workplace Experiences. Sexual Orientation and Transgender Issues in Organizations,63–81. doi:10.1007/978-3-319-29623-4_4
21. Matthew S. Meurer-Lynn (2015). Trans* individuals’ experiences with employment discrimination : supporting self-efficacy in the job-seeking process supporting self-efficacy in the job-seeking process.
22. https://www2.law.ucla.edu/williamsinstitute/publications/Bias%20in%20the%20Workplace.pdf
23. Nursing Times, April 2017/ Vol 113 Issue 4, How discrimination affects access to healthcare for transgender people. 36-39.
24. Katz-Wise, S. L., Rosario, M., & Tsappis, M. (2016). Lesbian, Gay, Bisexual, and Transgender Youth and Family Acceptance. Pediatric Clinics of North America, 63(6), 1011–1025. doi:10.1016/j.pcl.2016.07.005
25. https://www.liberation.fr/debats/2020/08/04/en-couple-avec-une-femme-trans-je-suis-exclue-de-la-pma-pour-toutes_1795938
26. https://www.huffingtonpost.fr/entry/femme-transgenre-ne-peut-pas-etre-reconnue-mere-de-sa-fille-cour-de-cassation_fr_5f62290cc5b6e27db135f646
27. Pauline Clochec, Questions Transféministes, « Entre punition et altérisation : médiatiser les femmes trans pour décourager les transitions »
28. Disclosure, Sam Feder et Amy Scholder : https://uptostream.com/qux8tdxlwdnb
29. https://www.oas.org/en/iachr/reports/pdfs/ViolenceLGBTIPersons.pdf
Sur la (non-)pertinence d’utiliser des données statistiques pour quantifier les impacts du cissexisme : https://www.youtube.com/watch?v=tsA32_qelYw

Par Anastasia

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s